Préparez votre séjour en découvrant les sites à visiter.
VILLAGE DE LARRESSINGLE
Larressingle
VILLAGE DE LARRESSINGLE
MAIRIE
32100 Larressingle
Tél. +33 (0)5 62 28 26 25
Classé parmi les « Plus Beaux Villages de France » et les Grands Sites Occitanie sous l’intitulé « Armagnac Abbaye et Cités », ce plus petit village fortifié de France, présente un bel ensemble architectural du moyen-âge composé d’un château, ancienne habitation des abbés puis des évêques de Condom, d’une église romane, de maisons médiévales, protégés de remparts, tours, douves et pont levis.


D'après la légende, ce village fortifié du XIIIème siècle tirerait son nom de l'époque gallo romaine où, ayant résisté à un siège de l'armée romaine de Crassus, lieutenant de César. Ce dernier aurait crié à ses soldats «Retro singuli» : en arrière un par un. Mais une autre étymologie puiserait ses racines du latin «Cingulum» enceinte de donjon féodal et de la syllabe «re», réfection, reconstruction pour devenir aujourd'hui Larressingle.
Larressingle entre dans l'histoire au début deu XIème siècle. L'abbé Hugues, fondateur de l'abbaye de Condom, est héritier des Ducs de Gascogne. Devenu évêque d'Agen et de Bazas, il laisse sa charge abbatiale de Condom et fait don à son successeur de ses terres de Larressingle. C'est ainsi que les abbés puis les évêques de Condom sont devenus les Seigneurs des lieux.
Au XIIème siécle, on remplacel'égglise primitive par une église à l'ouvrage défensif. Au XIIIème siècle, la couronne de France et d'Angleterrese disputent l'Aquitaine.On voit alors dans notre région, les bourgs se fortifier : sauvetés, bastides. Ce sont les abbés de Condom qui font réaliser cette forteresse. Le village ne sera jamais attaqué jusqu'en 1589 où les huguenots dirigés par Montespan s'en emparent pour l'utiliser comme base afin de réaliser leurs razzias et méfaits et ce jusqu'en 1596.
Dès le XVIIème siècle, le château est délaissé par les évêques au profit de celui de Cassaigne plus moderne. Et c'est à la fin du XVIIIème siècle que Mgr d'Anterroches, dernier évêque de Condom, fait démonter la toiture et transporter les bois de charpente à Cassaigne. Vendu comme bien national, il est dépecé et vidé. C'est alors que le village lui-même tombe dans l'oubli. Petit et peu commode, on habite plus facilement à l'extérieur.
Au début du XXème siècle, la forteresse est vouée à disparaître, seule 3 maisons sont habitées, les autres transformées en grange ou abandonnées perdent toitures et pierres.
Le village doit sa restauration à l'initiative du duc de Trévise qui fonde un comité de sauvegarde auprès de financeurs de Boston qui alimenteront les caisses jusqu'en 1938.
Edifiée au XIIème siècle, l'église est à l'origine une église fortifiée possédant à l'étage une salle refuge. A l'édification des remparts au XIIème siècle, elle est agrandit par l'est.
Son portail s'ouvre au centre et possède deux demi-colonnes dont le chapiteau de gauche porte deux rangs de feuillage et celui de droite deux couples d'oiseaux affrontés. L'intérieur voûté en berceau laisse découvrir le choeur d'origine percé d'une baie en plein cintre permettant la réalisation de deux travées supplémentaires et d'un chevet plat. La colonne de gauche possède un chapiteau en relief portant deux lions, deux oiseaux et un personnage, celle de droite un chapiteau orné de deux rangs de feuilles à larges nervures en saillies. Un bandeau de 3 rangs de billettes décore cette partie de l'édifice. Les chapiteaux de la seconde partie représentent des feuillages de fougères plaquées archaïques, certainement un reste de l'ancienne église deu XIème siècle.
Les vitraux ont été réalisés en 1993 par les ateliers Rivière sur des cartons de Didier Gallet (sur des modèles de peintures de Chagall).
Le château de forme trapézoïdale possède trois étages au dessus du rez-de-chaussée. Les deux premiers datent du XIIIème siècle, le troisième du début XIVème siècle. Il est remanié au XVIème siècle avec l'ajout de l'annexe nord ouest et de la tour pentagonale renfermant un escalier à vis accolée à a façade sud. A l'origine, les uniques ouvertures du château étaient : huit meurtrières et deux fenêtres rectangulaires (visible de l'extérieur, privé).
Le Pont de Lartigue, cité dans le texte sur Beaumont, permet de passer la rivière l'Osse entre la commune de Larressingle et celle de Beaumont.
Toilettes Bar Parking Mobilité réduite Restaurant Espace enfant Boutique Aire de pique-nique Animaux acceptés Visites guidées
Les Offres à proximité :
Copyright(s) photo(s) :  Collection Tourisme Gers/OT de la Ténarèze Collection Tourisme Gers/CRT Midi-Pyrénées/Viet Dominique Collection Tourisme Gers/OT Ténarèze